Actualité

Volkswagen se lâche en 2012

Ça y est, c’est officiel : Porsche et Volkswagen fusionne à partie du 1er août. La marque luxueuse allemande sera donc la dixième entité du Groupe Volkswagen en rejoignant, entre autres, Audi, Seat et Skoda. Synergies puissantes et bénéfices respectifs sont au programme. Toutefois, ce chamboulement n’est pas le premier que rencontre Volkswagen en 2012.

En effet, entre le recentrage sur le marché chinois, le rachat des camions MAN, les affrontements avec Greenpeace et le lancement d’une voiture pas cher (low-cost), la firme ne sait plus où donner de la tête ! Ceci dit, cela ne l’empêche pas d’afficher +86% de bénéfice net pour le premier trimestre, soit 2,3 millions de modèles vendus. À croire que le mandataire volkswagen ne connaît pas la crise.

D’ailleurs, Volkswagen envisage le même succès pour les mois à venir : Audi devrait dépasser BMW sur le marché des autos premium en 2015 et la Up! (élue voiture de l’année) prévoit de dominer, fin 2012, le marché des micro-citadine. Skoda et Seat, quant à eux, comptabilisent respectivement 200 000 et 100 000 unités écoulées. De belles performances !

Décidée à jouer sur tous les tableaux (le succès monterait-il à la tête ?), l’entreprise allemande compte également se lancer sur le marché du low-cost, afin de surfer sur la vague Renault-Dacia. L’objectif ? Un modèle, basé sur la Seat Toledo, vendu entre 5 000 et 7 000 euros sous un sigle distinct.

En revanche, ces succès à répétition n’empêche pas non plus Volkswagen d’avoir de nombreux détracteurs. À titre d’exemple, l’association écologiste Greenpeace rappelle, lors de ses manifestations remarquées, les pratiques discutables qu’elle associe au Groupe. Citons le greenwashing (écoblanchiment) qui consiste à utiliser l’écologie comme prétexte marketing, ou encore le rejet de nouvelles normes européennes concernant les émissions de CO2.

Toujours est-il que Volkswagen et ses collaborateurs s’envolent et s’étendent de plus en plus, alors que nos constructeurs nationaux, eux, digèrent difficilement la crise… La preuve que l’union fait la force, certes, mais pour combien de temps ?

Related Posts